Georges est vraiment découragé parce que sa chaudière est tombée en panne, et comme il est au chômage, il n’a pas de quoi la faire réparer. Il fait froid dans la maison, c’est l’hiver, un hiver glacial ; les enfants grelottent, et l’épouse de Georges est malade. Bref, en ce moment, rien ne va ; ils parlent de divorce. Georges n’en peut plus : il voudrait sortir sa famille des problèmes mais ne sait pas comment faire. Il a besoin d’un peu de temps pour trouver des solutions… pas facile quand on a le moral au plus bas. Et personne n’est là pour l’aider !

Pourtant, il y a des voisins ! Un voisin, Jean, passe régulièrement devant la maison. Il voit bien qu’il y a un problème, mais il se dit qu’il n’est pas capable, qu’il ne peut rien faire pour eux. Bref, il passe outre. Un autre voisin, Antoine, aimerait bien faire quelque chose car il voit bien, lui aussi, qu’il y a un problème, qu’il n’y a plus de fumée qui sort de la cheminée. Mais Antoine, lui aussi, ne préfère pas rentrer chez eux ; il ne veut pas se mêler de leur vie. Et puis il se dit que finalement, il n’a pas vraiment le temps. Bref, lui aussi s’en va et les laisse grelotter.

Puis, un autre voisin, Sam, voit le besoin. Il s’y connaît un petit peu en chaudières, en bricolage, réparations de toutes sortes. Un samedi, il enfile son super tee-shirt « Merci d’exister », arrive chez Georges et sonne. Georges ouvre la porte et Sam lui dit : “Georges, est-ce que je pourrais réparer votre chaudière ? J’ai quelques compétences, et je donne un peu de mon temps chaque semaine pour mes voisins.”

Georges, tout étonné, lui répond : “Bien sûr, entrez”. Et ce jour-là, ce samedi-là, la chaudière est réparée, les enfants sont contents et peuvent enfin jouer dans la chaleur du foyer, et Sam, avec sa bonne humeur, sa joie et son humour, encourage toute la famille, puis repart. L’épouse de Georges invitera Sam à manger pour le remercier et une belle amitié se créera, dans un esprit d’entraide et de bienveillance.

Sam

J’avais toutes sortes de peur, notamment dans les relations ; je me sentais insignifiant. J’ai rencontré un voisin qui m’a simplement accepté tel que j’étais. Après plusieurs mois d’amitié et d’entraide, je me suis ouvert… je revis ! C’est maintenant moi qui agis et aide mon entourage !

Josué

Merci pour les messages. Je m’en suis servi hier soir pour encourager 18 professeurs d’universités et 5 chefs de travaux. Je leur ai partagé plusieurs expériences que j’ai vécues, restauration de mon couple, demande de pardon à mes parents et à ma sœur, ce qui nous a soudés et reconstruits, puis très vite un excellent travail trouvé… tous étaient émus, réalisant qu’ils pouvaient vivre cela eux aussi !

Rose

Sûr de moi, j’avais l’habitude de foncer dans la vie. Aux yeux de tous, une belle réussite… en réalité, un vide intérieur profond ! Mais un soir (j’avais un peu bu), je suis tombé sur un gars d’une joie débordante qui est venu me parler. Il s’est intéressé réellement à moi, puis m’a présenté à ses amis… j’ai enfin compris où étaient les vraies valeurs !

Nolan